-->

Chute de cheveux : les femmes aussi souffrent.

les solutions pour perte de cheveux chez la femme

Quand on dit « calvitie » , on pense d’abord aux hommes. Et pour cause, cette pathologie qui met le crâne à nu, et parfois très tôt, touche 50% des hommes à 50 ans. Pourtant, à cet âge, 16% des femmes souffrent aussi de chute de cheveux. Ce phénomène, déjà très difficile à vivre pour un homme, peut s’avérer être un vrai cauchemar pour une femme. La chevelure est synonyme de féminité, elle est un ‘atout séduction’. Privées de leur parure, les femmes n’ont qu’une obsession : cacher cette apparence.

 

Chute de cheveux : normale ou anormale ?

Les cheveux, tout comme nous, naissent, grandissent, vivent et meurt. C’est le cycle normal du cheveu. Les follicules pileux (qui fabriquent les cheveux) sont programmés pour effectuer environs 25 cycles de ce type au long d’une vie, ainsi tous les cheveux que l’on a sur la tête n’en sont pas au même stade ! Certains sont plus jeunes que d’autres. Il est tout à fait normal d’en perdre quelques uns chaque jour, arrivés en fin de vie. En revanche, lorsqu’on observe une perte anormale et supérieure à 100 cheveux/jour, on parle d’alopécie.

 

Les différents types d’alopécie

L’alopécie androgénétique ou calvitie

Évoluant sur le long terme, l’alopécie androgénétique ou “calvitie” existe chez la femme comme chez l’homme mais elle en diffère par son évolution. C’est au niveau de la raie, au milieu du crâne, que la perte de cheveux fait son apparition pour s’élargir au fur et à mesure. L’échelle de Ludwig (vous connaissez sûrement l’échelle de Norwood pour les hommes) présente les différents stades de l’alopécie chez la femme.

 

L’alopécie diffuse

Parfois, l’alopécie est généralisée sur l’ensemble de la tête, la perte de densité est globale, la chevelure est très peu dense, les cheveux très fins. On parle alors d’alopécie diffuse.

 

Sous sa forme aiguë (lorsqu’elle survient brusquement), cette chute est généralement due au stress, à un changement hormonal (après une grossesse par exemple), à une radiothérapie/chimiothérapie voire une infection. En consultation, parlez à votre médecin des récents évènements de votre vie comme un décès, un traumatisme ou une période particulièrement stressante. Le corps réagit à nos émotions, parfois violemment, et les comprendre aide à mieux traiter les réactions physiques qu’elles entraînent.

 

Sous sa forme chronique, l’alopécie diffuse peut résulter d’un dérèglement de la thyroïde ou du métabolisme.

 

L’alopécie de traction

Attention à celles (et ceux) qui malmènent leurs cheveux ! Cette forme d’alopécie, autrefois appelée “alopécie du chignon” (et très courante chez les hôtesses de l’air !), se caractérise par une perte progressive, localisée et irréversible en raison d’un cycle du cheveu épuisé. Les coiffures trop serrées ou tirées en arrière, le port de tissages capillaires ou d’extensions de cheveux sollicitent trop fortement les racines et les longueurs qui, constamment étirées, perdent leur élasticité, se fragilisent puis se cassent. Touchant ainsi les zones du front (la ligne capillaire peut reculer de plusieurs centimètres !), des tempes ou des oreilles, cette alopécie traumatique n’épargne pas non plus les hommes :  le “man bun” ou “chignon pour homme” favoriserait l’alopécie.  Alors soyez doux avec votre chevelure…

 

alopecie-traction

Naomi campbell souffre d’alopécie de traction (crédit @edenlifenigeria)

 

On peut aussi évoquer les autres types d’alopécie.  La pelade par exemple, ou “alopecie areata”, sévit par plaques sur la tête. La personne perd alors entièrement sa pilosité à certains endroits et les causes de cette perte restent encore, même pour les spécialistes, assez vagues : une infection virale, l’hérédité, le stress voire l’exposition à un produit chimique sont mis en cause. L’alopécie universalis quant à elle est la forme la plus extrême de pelade et consiste à une perte totale de tous les poils du corps. Elle serait liée à une maladie du système immunitaire. Enfin, certaines perte de cheveux sont dues à des parasites comme la teigne.

 

Quelles solutions contre l’alopécie pour les femmes ?

Les implants capillaires

Pour abaisser une ligne capillaire, densifier des golfes trop marqués à cause d’une alopécie de traction ou simplement pour des raisons esthétiques, ou pour traiter durablement une alopécie androgénétique, la greffe de cheveux est toute indiquée. Mais attention ! Il faut absolument que la zone donneuse – où l’on extrait les follicules pileux – soit près de trois fois plus dense que la zone à recouvrir. Ce qui n’est, même dans le cas d’alopécie androgénétique, malheureusement pas toujours le cas chez les femmes.

 

résultat implants capillaires sur une femme avec la methode DHI

Résultats avant-après implants capillaires avec la Méthode DHI

 

Le procédé de greffe, quant à lui, est identique à celui pratiqué pour les hommes et l’objectif toujours le même : du naturel et de la densité avant tout ! La Méthode DHI permet d’obtenir ce résultat : impossible de deviner que vous avez eu recours à des implants. Lors de l’implantation, le médecin utilise l’injecteur de cheveux DHI, un outil ultra précis muni d’une aiguille très fine et d’un système de piston. Une fois le follicule chargé dans l’injecteur, le praticien expert a la maîtrise totale de l’implantation en contrôlant son angle, sa profondeur et sa direction, et n’a pas besoin d’effectuer des incisions au préalable dans le cuir chevelu pour insérer les greffons. Un procédé qui garantit un résultat des plus harmonieux et une greffe indécelable.

 

–> DECOUVREZ TOUTES NOS REALISATIONS

Les injections de plaquettes

En agissant directement au niveau des cellules souches des bulbes et sur la vascularisation de la zone, le PRP ou Plasma Riche en Plaquettes est un traitement thérapeutique sans danger issu de votre propre corps qui stimule la repousse et diminue la chute des cheveux. Injecté directement dans le cuir chevelu, de façon entièrement indolore, il offre des résultats très encourageants ! Le PRP est indiqué en traitement complémentaire à une greffe de cheveux, dans les cas d’alopécie diffuse ou de traction.

 

La micropigmentation du cuir chevelu 

Voilà une alternative à la greffe ou aux traitements dont le but est de stimuler la repousse des cheveux. Ici, le praticien utilise des pigments hautement spécialisés et choisis sur-mesure par rapport à la couleur de votre peau et de vos cheveux pour masquer l’alopécie. A l’aide d’un stylet spécifique appelé “dermographe”, le praticien recrée l’illusion parfaite des follicules pileux sur le cuir chevelu réduisant ainsi le décalage entre la peau et les cheveux éparses. La zone clairsemée parait instantanément plus dense, plus épaisse. Bien que l’expert en micropigmentation et le tatoueur partagent un véritable sens artistique, cette technique requiert le savoir-faire d’un professionnel de la restauration capillaire. Alors attention aux amateurs, ce n’est pas du tatouage !

 

La micro-pigmentation est donc indiquée :

  • dans les cas d’alopécie diffuse pour un effet de densité optique immédiat,
  • lorsque la zone donneuse de la patiente atteinte d’alopécie andro-génétique n’est pas assez fournie pour effectuer une greffe capillaire,
  • pour compléter une greffe capillaire,
  • dans les cas de pelade localisée (selon la zone concernée). La micropigmentation traite bien entendu la pelade universelle mais les femmes se dirigent naturellement vers le port de perruque plutôt que le look “rasé de près” qu’offre cette technique sur un crâne entièrement nu.

 

Le Minoxidil 2%

Le Minoxidil est un traitement local qui permet de retarder la chute des cheveux. Il n’a pas vocation à stimuler la repousse mais bien à permettre aux cheveux, mieux nourris au niveau des bulbes par son action vasodilatatrice (qui dilate les vaisseaux), de vivre plus longtemps. Il est indiqué dans les cas d’alopécie androgénétique et peut s’utiliser en complément ou non d’une greffe de cheveux.

 

D’autres traitements (oraux par exemple) peuvent être appropriés afin de traiter efficacement ou corriger certaines chute de cheveux anormales. Parlez-en à votre médecin qui pourra ainsi faire des analyses et vous prescrire le traitement adapté.

 

Si vous souhaitez plus de renseignements ou prendre rendez-vous pour un diagnostic, contactez-nous directement. 

Et si cet article vous a plu, partagez-le ou commentez-le ! Merci !

Shares
Share This