Une greffe pour avoir la barbe de George Clooney ?

greffe de barbe

Charlotte Arce parle de la greffe de barbe dans le magazine Terrafemina :

« De Brooklyn à Berlin en passant par Paris, la barbe est devenue la nouvelle tendance pileuse à adopter. Synonyme de virilité branchée, apanage des « hipsters », cette mode peut néanmoins causer de sérieux complexes aux hommes un peu trop glabres. Une solution est cependant à leur disposition : des cliniques leur proposent, contre quelques milliers d’euros, de leur greffer une barbe plus fournie. Explications.

Oubliez le botox et autre implant de cheveux. En 2014, la nouvelle tendance esthétique n’est plus de vouloir paraître plus jeune à tout prix, mais d’être plus « cool » en ayant une barbe aussi dense que soyeuse. La faute aux « hipsters », ces jeunes urbains branchés qui, de Brooklyn au quartier berlinois de Prenzlauer Berg, en passant par l’est de Paris, ont, en quelques années, redéfini les codes de la mode (ca)pillaire. Exit le rasage de près : aujourd’hui, être branché nécessite forcément d’arborer une barbe fournie à faire entretenir, pour plus de panache, chez le barbier.

Pourtant, nombreux sont ceux qui, malgré leurs efforts, restent irrémédiablement imberbes ou affichent une barbe clairsemée. Pour pallier ce manque de pilosité, de nombreux jeunes hommes se sont tournés, rapporte le magazine local new-yorkais DNAInfo, vers l’implant de barbe. Plus qu’une lubie, la greffe de poils serait même devenue une véritable tendance esthétique de l’autre côté de l’Atlantique.

Pour l’heure, seule une poignée d’établissements, situés notamment à New York et en Floride, proposent l’implant de barbe tandis que la demande, elle, n’en finit pas d’augmenter. Interrogé par DNAInfo, le Dr Jeffrey Espstein, spécialisé dans la greffe de barbe, explique qu’il y a encore une dizaine d’années, il ne pratiquait ce type d’opération qu’une à deux fois par an. Aujourd’hui, le chirurgien voit défiler chaque semaine dans son cabinet au moins trois patients prêts à débourser entre 2 000 et 8 000 dollars pour avoir une barbe plus fournie.

Danny Higuera est de ceux-là. À 26 ans, cet entrepreneur dans le bâtiment avait honte de sa barbe faite de « petits îlots ». Interrogé par l’AFP, il explique être aujourd’hui « ravi » de sa nouvelle barbe à 8 000 dollars. « Il y a des gens qui aiment les cheveux longs, les cheveux courts. Moi, je voulais une belle barbe […] Jusqu’à un certain degré, je me considère comme un hipster. Je pense que c’est très tendance d’avoir une barbe, de faire des choses avec sa barbe », explique-t-il.

Les hipsters sont-ils les seuls à avoir cédé à la mode de l’implant de barbe ? Pas nécessairement. Si le Dr Jeffrey Epstein concède que la tendance a été impulsée par les « hipsters de Brooklyn », sa clientèle compte aussi des « cadres qui travaillent dans la publicité ». Même son de cloche du côté de Dr Yael Halaas, dont le cabinet de chirurgie esthétique se trouve à Park Avenue, au cœur Manhattan. Interrogée par l’AFP, elle explique : « Ces gars défilent, ils se plaignent qu’ils n’arrivent pas du tout à se faire pousser la barbe, où qu’elle est pleine de trous. Beaucoup ont 20, 30 ans. Ils font partie de ces New-Yorkais branchés qui ont le souci du détail. Ils travaillent dans les arts visuels, ou dans le monde du spectacle. »

Pour être sûrs de ressortir du cabinet avec la barbe de leurs rêves, des patients n’hésitent d’ailleurs pas à apporter avec eux des photos de personnalités connues, explique le Dr Glenn Charles.

Les barbes de célébrités les plus demandées ?

Celles de Georges Clooney, Ryan Gosling, Brad Pitt… ainsi que la moustache de Tom Selleck. »

ET VOUS, QUE PENSEZ-VOUS DE VOTRE BARBE ?

Shares
Share This