-->

La calvitie de Wayne Rooney

la calvitie de wayne rooney revient

Après la défaite des anglais face à l’Islande à l’EURO 2016, le web a repéré quelque chose d’intrigant : Wayne Rooney, attaquant à Manchester United, aurait perdu ses cheveux…en une nuit. Une chute éclair que certains ont attribué au “choc” de la sortie des britanniques du tournoi avec un score de 1 à 2. Mais est-ce vraiment possible ? DHI revient sur le phénomène…et vous explique tout.

Les implants capillaires de Wayne Rooney

C’est ce qui perturbe le plus la toile, des médias aux internautes : tout le monde sait que Rooney a déjà subi une intervention de greffe de cheveux en 2011, alors que s’est-il vraiment passé ?

Perte de cheveux wayne rooney

Wayne Rooney aurait perdu ses cheveux en une nuit…

La greffe de cheveux, qu’est ce que c’est  ?

La greffe de cheveux consiste à extraire les follicules pileux dans la zone dite “donneuse” située à l’arrière et sur les côtés de la tête et à les replacer aux endroits clairsemés qui en ont besoin. Et pour une bonne et simple raison : cette zone “donneuse” est immunisée contre les facteurs responsables de la chute de cheveux. En d’autres termes, vous ne serez jamais chauve à cet endroit (comme les moines !). Et lorsque les follicules pileux extraits dans cette zone sont réimplantés ailleurs, ils restent insensibles à la calvitie. Et ne tomberont donc jamais.

Mais alors, que se passe-t-il avec Rooney ?

Wayne Rooney continue à perdre ses cheveux “primitifs”

Comme un grand nombre d’hommes, le joueur de football a commencé à perdre ses cheveux à un très jeune âge. Il a d’ailleurs réalisé son projet de restauration capillaire avant 25 ans, et avec succès !

wayne rooney avant et après ses implants capillaires

Wayne Rooney après sa première greffe de cheveux

Quand on est jeune, il est important de garder en tête que la calvitie peut évoluer. Tout le monde n’a pas le même degré de perte de cheveux : certains perdront uniquement au niveau des golfes, d’autres plus. Voilà pourquoi un diagnostic capillaire est primordial avant toute intervention. 

Wayne Rooney, à peine 30 ans, dispose d’un schéma de calvitie avancé et il est « programmé » à perdre ses cheveux pour atteindre un stade 6 sur l’échelle de Norwood (l’avant dernier stade). Ce qui explique cette perte de densité malgré la greffe : les cheveux qu’il a désormais sur la tête ne sont plus que des cheveux greffés.

Faire une nouvelle greffe de cheveux ?

L’importance d’accompagner la chute de cheveux

En greffe de cheveux, le praticien expert prend plusieurs facteurs en compte dont l’âge et l’évolution de la chute de cheveux de son patient afin de lui proposer un projet sur-mesure et viable sur le long terme. 

Voilà pourquoi, notamment, quand on est jeune et atteint d’alopécie androgénétique, il ne faut pas trop baisser sa ligne capillaire !

L’importance de la gestion de la zone donneuse

Ceci en tête, il est fondamental de rappeler que la zone où l’on extrait les cheveux représente un patrimoine limité et propre à chacun : certains ont beaucoup de cheveux, très denses, épais et/ou un ratio follicules/cheveux élevé, d’autres moins. Et il faudra faire avec. D’où la nécessité (que dire, l’obligation !) de gérer ce patrimoine non seulement avec douceur et respect, le tout en s’adaptant à chaque patient – un prélèvement manuel réalisé par un expert en implants capillaires, des outils d’extraction de grande précision -, mais toujours en prenant compte de l’évolution possible de la calvitie.

Car puiser dans ce précieux capital sera peut-être un jour nécessaire pour une nouvelle greffe de cheveux. Ce qui sera sûrement le cas du jeune trentenaire Wayne Rooney, qui a continué à perdre les siens depuis sa greffe capillaire il y a un peu plus de 5 ans.

Qu’est-il alors arrivé aux cheveux de Rooney ?

Histoire de clore le mystère, non, l’attaquant de Manchester United n’a pas perdu ses cheveux en une nuit, si dure soit la défaite. L’explication la plus plausible est tout simplement qu’il utilise un spray volumateur colorant pour masquer sa calvitie. Une solution néanmoins temporaire qui part après chaque shampoing, d’où cette impression de perte de densité si rapide, et pas vraiment douce pour le cuir chevelu et les cheveux. Elle nécessite en effet de se laver les cheveux souvent et de frotter fort afin de ne pas laisser le produit obstruer les pores de la peau, ce qui les affaiblit).

On ne peut donc que conseiller à Wayne Rooney d’entamer un nouveau projet de greffe. Ce serait l’occasion de compléter le travail amorcé lors de sa première séance au cours de laquelle le médecin avait principalement travaillé la ligne capillaire et la zone du devant (cf. photo ci dessous). Bien que ces zones clés redessinent tout de suite le visage, il va désormais falloir s’attaquer au dessus de la tête et à la tonsure.

Wayne Rooney après sa greffe de cheveux avec DHI

Car ce qui est certain c’est qu’à l’heure actuelle rien ne remplace une greffe de cheveux. Mais d’autres solutions contre l’alopécie existent : la micropigmentation du cuir chevelu, les injections de Plasma Riche en Plaquettes (PRP) ou encore la mésothérapie. Des traitements qui peuvent améliorer sensiblement la repousse et l’aspect des cheveux et être de parfaits compléments à une greffe capillaire.

Si vous souhaitez plus de renseignements sur la Méthode DHI ou un diagnostic cheveux en ligne, contactez-nous dès maintenant !

credits photos IrishMirror.ie, Jeremy Selwyn/Evening Standard

Shares
Share This