On parle de DHI dans Hipster Magazine​

DHI france dans hipster magazine

« JE FAIS SOUVENT CE RÊVE ÉTRANGE ET PÉNÉTRANT,

D’UNE CHEVELURE DENSE ET VIGOUREUSE, D’UNE BARBE DESSINÉE

NE DEMANDANT QU’À ÊTRE SCULPTÉE PAR LES MEILLEURS BARBIERS.

JE SUIS L’HOMME MODERNE, DANS TOUTE SA VIRILITÉ. »

UN RÊVE DÉSORMAIS TANGIBLE… GRÂCE À UNE ADRESSE PRESTIGIEUSE.

LA CLINIQUE DHI

Clinique-DHI-Hair-&-beard

Orfèvres du poil

george-clooney

 

Au début, on se dit qu’on s’y fera… Qu’après tout on finira comme beaucoup. Par passer à l’acte. En finir avec ces cheveux devenus trop rares, ou cette barbe qui n’a jamais réellement su s’affirmer. Alors on se résout à tout raser. Quel crime.

 

Convaincu que la pilosité est une affaire de virilité et qu’elle est étroitement liée avec l’estime de soi, Nathanaël Aknine, président de DHI France oeuvre avec toute son équipe, et depuis toujours pour le poil. Il est des rencontres comme celle-là, simple et authentique. D’une humilité et d’une douceur sans égal, Nathanaël fait partie de ces hommes émérites pour qui le bien-être des autres passe avant toute chose. Il rompt avec cette idée que la perte de pilosité serait une fatalité et offre en conséquence, une méthode d’implantation exceptionnelle aux messieurs en quête de réconciliation avec leur capital pileux.

 

Le culte de l’exception… C’est au coeur du XVIIe arrondissement de Paris, à deux pas de l’Arc de Triom- phe que la clinique DHI s’est installée. Elle a su se créer en six années une belle clientèle. VIP, sportifs, hommes d’affaires et politiques. Tous viennent se faire traiter ici pour une simple raison. À la clinique, on voue un culte à l’exception. Dans ce temple du poil où règnent discré- tion, professionnalisme et qualification, tout a été pensé pour offrir le meilleur service ainsi qu’une méthode à la pointe de la recherche en matière d’implantation capil- laire. Il faut dire que la greffe de cheveux est l’acte de chirurgie esthétique le plus pratiqué par les hommes. Ils seraient plusieurs milliers à tenter l’intervention miracle chaque année en France. La méthode DHI elle, ne relève pas de la chirurgie, cette méthode douce permet sans utiliser d’objet coupant ou tranchant comme en greffe traditionnelle, d’obtenir des résultats dense et naturels. Pour densifier sa chevelure, pour combler certaines zones glabres, ou encore pour redessiner une ligne capillaire… DHI propose à chaque cas sa meilleure solution. L’ambiance créée dans cet écrin se veut aussi intime que conviviale. Toute l’équipe est mobilisée pour que ce moment vous soit le plus agréable possible. À disposition, des salons privés ornés de lustres majestueux, dans lesquels le patient peut se reposer, et déguster le déjeuner offert par la clinique. « Ici la star c’est le patient, pas le médecin » ajoute Nathanaël. Pour ceux qui souhaiteraient rester discret, il est possible d’organiser une séance privée.

 

Une méthode de pointe. Si aujourd’hui encore, 90% des praticiens de la discipline fonctionnent encore avec les méthodes de la bandelette (FUT) (avec extraction d’une bande de cuir chevelu derrière la tête laissant une cicatrice souvent visible sur cheveux courts) ou d’unités folliculaires automatisé (FUE); la méthode DHI elle, est sans cicatrice et sans douleur. Mise au point il y a six ans, à l’issue de longues années de recherche, elle est aujourd’hui à la greffe du cheveux ce que Patek Philippe est au monde de l’horlogerie. Cette méthode a été spécialement élaborée pour le confort optimum d’un patient exigeant. Dans un premier temps, sous anesthésie locale, le médecin extrait des follicules de la zone donneuse : à l’arrière et sur les côtés du crâne. « Cette zone est à l’abri des facteurs génétiques responsables de la perte du cheveux.». Ces follicules durables sont ensuite triés un à un et par groupe en fonction du nombre de cheveux qu’ils contiennent (de 1 à 5 et parfois 6 cheveux) avant d’être réinsérés sur la zone de votre choix (barbe, torse, crâne, sourcil, cicatrice…). Lors de cette phase, un médecin spécialement formé à cette méthode recrée une pilosité en prenant en considération la particularité de chaque patient. Profondeur et angle d’implantation sont soigneusement paramètrés pour favoriser une repousse naturelle et maîtrisée du cheveux. Pas de trou de réception, donc pas d’effet champ de poireau. Un vrai travail d’orfèvre. Il convient que cette phase de design capillaire soit la plus minutieuse. Le résultat est visible à partir de quatre mois et il devient définitif au bout d’un an.

 

La clinique DHI célèbre chaque jour l’exigence d’une vertueuse méthode esthétique. Un voyage audacieux dans le temps, bien plus confortable qu’au volant d’ une DeLorean.

jared-leto

Shares
Share This