Découvrez comment cet homme a augmenté ses matchs Tinder

avant apres greffe de cheveux

Tinder, c’est le phénomène de mode drague 2.0. Et – presque – tout le monde y passe. Célibataires, divorcés et même en couple pour certains, difficile d’y couper. L’objectif bien sûr, c’est d’obtenir un maximum de “matchs”, soit un “like” réciproque entre deux profils. Et cet anglais a réussi à les augmenter grâce à…une greffe de cheveux.

Chute de cheveux VS Tinder

Richard King avait, comme beaucoup de jeunes et de moins jeunes hommes d’aujourd’hui, un profil Tinder, une légère calvitie et une tendance à penser que la greffe de cheveux était réservée aux hommes âgés ou aux riches footballeurs.  

Avec des golfes temporaux et une ligne capillaire de moins en moins denses, Richard perdait peu à peu confiance en lui. Une chute de cheveux d’autant plus visible sur les photos de son profil Tinder qui lui faisait paraître plus que son âge. Une image malheureusement peu attractive sur ce réseau où la concurrence est rude et le physique est roi.

Greffe de cheveux VS Tinder

Du coup, encouragé par l’attitude de ses amis un brin moqueurs sur le sujet, Richard s’est décidé à se faire implanter des cheveux. Curieux d’en mesurer l’effet, il s’est aussi créé deux profils Tinder différents, l’un comprenant des photos de son physique “d’avant” et l’autre avec sa toute nouvelle chevelure. De 116 matchs le crâne dégarni, Richard est passé à 203. Un bond de 75% non négligeable qui a fait passer Richard, le garçon lambda un peu chauve, du côté des beaux gosses attractifs.

Bien choisir sa Méthode de greffe de cheveux

Richard a eu de la chance, le résultat de sa greffe de cheveux est dense et naturel. Impossible que les demoiselles du réseau social aient pu deviner qu’il avait eu recours à des implants.

avant après implants capillaire

Richard King avant et après sa greffe de cheveux

 

Mais comment choisir la bonne méthode d’implants capillaires ? De plus en plus de jeunes s’intéressent à la greffe de cheveux, et aux différentes techniques qui existent, mais peu savent vraiment sur quoi fonder réellement leur choix.

Le plus important reste de poser les bonnes questions :

  • Vais-je bénéficier d’une technique donnant un résultat final dense, durable et si naturel qu’il sera impossible de s’apercevoir que j’ai eu recours à des implants ?
  • Ma zone donneuse permettra-t-elle d’autres interventions si ma calvitie évolue ?
  • La méthode d’extraction est-elle douce pour mon cuir chevelu, pour mes follicules ? Est-ce qu’elle laisse des marques ou des cicatrices sur la zone d’extraction ?
  • Sur la zone d’implantation, les greffons sont-ils implantés sans traumatisme, avec un stylet injecteur (ou à l’aiguille), ou bien avec des incisions préalables et aux forceps ?
  • Est-ce que le médecin va pratiquer lui-même l’intervention du début à la fin, ou bien va-t-il passer le relais à des assistant(e)s opératoires ou des technicien(ne)s, notamment durant la phase d’implantation ?

 

Et si les implants capillaires vous tentent et que vous cherchez avant tout un résultat harmonieux, dense, qui ne laisse aucune marque, découvrez en image et en vidéo la Méthode DHI, sans incisions ni cicatrices.

 

Shares
Share This