Le finastéride rendrait dépressif

les dangers du finastéride

La calvitie touche quasiment un homme sur deux à 50 ans. Des millions et des millions d’hommes souffrent aujourd’hui de cette pathologie qui met à mal le cheveu mais aussi l’image et l’estime de soi. Contre indiqué chez la femme, le finastéride est largement utilisé chez les hommes comme traitement anti-calvitie. L’Agence nationale de sécurité du médicament (ANSM) a récemment alerté qu’il favoriserait la depression, voire des idées suicidaires.

Le principe du finastéride

Le finastéride réduit en particulier la transformation de la testostérone en DHT (dihydrotestostérone), responsable de la miniaturisation et de la disparition des cheveux, et empêche ainsi sont activité néfaste sur les bulbes capillaires. En effet, des taux élevés de dihydrotestostérone (DHT) se retrouvent au niveau des follicules pileux du cuir chevelu des hommes touchés par l’alopécie andro-génétique. Ainsi, utilisé pendant 5 ans, le traitement par finastéride permet une stabilisation de la chute des cheveux chez 90 % des hommes.

Des effets indésirables connus

Parmi la liste des effets indésirables en lien avec la prise du finastéride 1 mg (commercialisé sous le nom de Propecia notamment) figurent des troubles sexuels comme la diminution de la libido ou des troubles de l’érection et de l’éjaculation. Ce 26 octobre, l’ANSM postait sur son site une mise en garde sur les effets indésirables non listés et que tout changement d’humeur devrait conduire à l’arrêt immédiat du médicament. Le même communiqué rédigé par l’ANSM met aussi en avant que ‘tout changement d’humeur doit conduire à une interruption du traitement et à une surveillance’.

Pourtant, depuis sa commercialisation en 1999, le risque de depression avait déjà été mentionné concernant le finastéride 5mg, indiqué dans le traitement et le contrôle de l’hypertrophie bénigne de la prostate.

S’il permet une stabilisation de la chute de cheveux, le finastéride n’en reste pas moins un médicament, avec ce que cela comporte comme effets indésirables possibles. Mais relativisons : parlez d’abord à votre médecin si vous constatez des changements d’humeur…et n’hésitez pas à explorer d’autres pistes ayant fait leur preuve : la greffe de cheveux ou la micropigmentation.

Shares
Share This